• le train passe et je ne suis pas dedans.

    Le problème avec l'écriture, c'est que lorsqu'on nage dans le bonheur, c'est difficile, d'écrire. Et lorsqu'on est plein(e) de rage aussi.

    Pourtant, c'est bien connu; "il faut que ça sorte" .
    J'aimerais bien savoir écrire sous la rage. La condenser en mots. La faire jaillir et faillir pas phrases.
    C'est à ce moment la que j'entend le train. Pas n'importe quel train. Celui où je devrais me trouver.

    La problème qui se pose, si l'on essaie d'écrire sous la colère, c'est d'exprimer la rage dans laquelle on maçère sans en devoiler les causes.
    Montrer à quel point on fulmine, se laisser aller à débaler sa désaprobation et sa haine,son dégôut, sans tomber dans l'égoïsme, sans exprimer également le stimulus particulier ayant declencher le sentiment universel.
    Ca serait plus simple. Ecrire n'est pas simple. Peut-être.


  • Commentaires

    1
    ReveK
    Mardi 19 Juillet 2005 à 19:48
    Ecrire
    n'est jamais simple, surtout quand on souffre. Ai décidé un jour de me faire autre, témoin de ma vie par l'extérieur, et d'écrire le spectacle. C'est ma clé. Sais pas si elle ouvre d'autre porte... Ca c'est pour les moments de pure douleur. POur le reste... les phrases, comme pour toi, restent à l'intérieur.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :