• rapide matinale.

    Ca sent la lessive, dans la rue. Trés vite.
    Et puis juste après, ca sent les égouts.
    Puis encore une fois, ça sent la lessive. La poudre. Blanche. Le propre ; le confort.
    Et apres, les égouts.De nouveau.
    C'est un peu ça.

    Le soleil. Dans la rue. Sous les pieds.
    Le soleil. Il s'écrase contre l'asphalte, que j'ecrase à mon tour sous les baskets.
    J'écrase des bouts de soleils, en fait. En marchant.

    Comme un soleil de septembre.On y est pas encore, pourtant. Mais ca sent. Aussi fort que la lessive. Soudainement.
    Ca sent le soleil de septembre.
    Il fait bon. Presque chaud.
    A la gare, on me demande "
    vous avez aussi besoin de billets ?"
    J'hesite, et je dis "non merci". Poliment. Un sourire bien plaqué.
    J'ai appris ça toute seule, sourire. Poliment.
    Sourire pour juste dire de sourire. Sourire par convention. Sourire physisquement a l'interlocuteur; Uniquement.

    Je prendrais mon aller simple plus tard.
    Plus tard c'est pas loin.
    IAM a eu tord.
    Demain c'est pas toujours loin.
    Pas encore demain.

    Dans l'herbe ou j'ai demandé si c'était toujours ouvert, ce parc, le soleil était pareil.
    Il s'ecrase pareil à Paris, le soleil de septembre.

  • Commentaires

    1
    louisebe
    Lundi 29 Août 2005 à 10:50
    J'aime beaucoup les petits points
    posés là.. net. Qui claque comme ça. Ca fait des airs de rien. Des airs de tout. J'aime. La petite musique.
    2
    ReveK
    Mardi 30 Août 2005 à 23:55
    Ecraser le soleil...
    Joli texte. C'est vrai que le soleil à une odeur. Enfin je trouve aussi. Comme la nuit qui a son odeur propre. Salut en passant...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :